Représentations dans le monde anglophone

La revue électronique du CEMRA

 

Accueil > Informations > événements scientifiques

événements scientifiques

Colloque international "Vestiges du Proche-Orient et de la Méditerranée : traces, passages, réécritures (XVIIIe-XXIe siècles)"



Résumé :

Vestiges du Proche-Orient et de la Méditerranée : traces, passages, réécritures (XVIIIe-XXIe siècles). Littérature et arts visuels, domaines anglophone et francophone.

30-31 janvier 2014, Université Stendhal-Grenoble3

CEMRA (EA 3016) et TRAVERSES 19/21 (EA 3748)
Organisateurs : Catherine Delmas, Daniel Lançon

(scroll down for the English version)

Les vestiges, témoins d’une histoire et de civilisations passées, sont ce que l’usure du temps et du climat laissent à l’homme qui habite les lieux et au voyageur qui les découvre et se les approprie par le regard et l’écriture. Ils sont à la fois la ruine ou le fragment qui signifie une disparition, une absence, le silence et la perte, l’empreinte du passé, et la marque d’un patrimoine culturel, parfois devenu emblème du présent.

Par la diversité des cultures et des civilisations qui se sont entrecroisées au Proche-Orient et en Méditerranée, terres et mer de passages et d’échanges, les vestiges ne sont pas seulement signes d’un effacement, mais constituent un palimpseste. Cet affleurement de traces entremêle différentes époques et apporte le témoignage d’influences parfois ressenties comme contradictoires entre elles et donc sources de conflits mémoriels dans l’histoire et pour les hommes des temps présents. Objet de « représentance », tenant lieu d’un passé, présence d’une absence (Ricoeur), documents et archives (Foucault), mémoire de lieux autrefois habités, les vestiges sont également tournés vers l’avenir dans le sens où ils transmettent un héritage, des cultures et des langues, aux générations qui se succèdent (J. Hassoun).

Résurgences, survivances (Didi-Huberman), ils prennent vie sous le regard du photographe ou du peintre, ou la plume de l’écrivain voyageur. Les traces sont donc également textuelles, ou mises en images, elles se disséminent dans un réseau de figures, se transforment sous le regard culturel qui les découvre, se les approprie, les réinvente, les imprime. Objets de découvertes faites par les archéologues et les voyageurs, objets scientifiques ou esthétiques, les vestiges acquièrent ainsi une dimension mythopoiétique. L’hybridité qui émerge de la diversité des traces, des langues et des cultures se retrouve sans doute également dans la déterritorialisation d’écritures et de réécritures devenant « nomades » (Deleuze et Guattari).

Ce colloque international et interdisciplinaire en Etudes anglophones et francophones organisé par le CEMRA EA 3016 (Catherine Delmas) et Traverses 19/21 EA 3748 (Daniel Lançon) de l’université Stendhal Grenoble 3, invite donc les chercheurs à se pencher sur les notions de vestige, de trace, d‘empreinte, d’échange et de passage, sur le palimpseste et la réécriture, l’hybridité et le nomadisme de l’écriture, et leurs modes de représentation dans la fiction, les récits autobiographiques, les lettres et les essais, la littérature de voyage, la photographie et la peinture du XVIIIe au XXIe siècle.

Vestiges of the Near East and Mediterranean World (18th-21st centuries) : Traces, Passages, Rewriting

30-31 January 2014, Stendhal University –Grenoble 3

Conference organized by CEMRA (EA 3016) (Research Group on Modes of Representation in English Studies) and TRAVERSES 19/21 (EA 3748) (Research unit in French and francophone literature).

Organizers : Catherine Delmas (director of CEMRA), Daniel Lançon (Vice Chancellor for research at Stendhal University)

This conference proposes to examine the notion and role of vestige in the Near East and Mediterranean world. Vestiges are the traces of past history and civilisations, what the passing of time and the eroding effects of the climate have left to the local inhabitants, and to the travellers who discover them and appropriate them through a visual process and in their writings. They are both ruins and fragments, signifying disappearance, silence and loss, the mark of the past and of a cultural heritage, often used as the emblem of present times.

The Near East and Mediterranean world are a land and sea of passages and exchanges, a contact zone interlacing diverse cultures and civilisations. Thus the local vestiges are not only a sign of erasure, but they constitute a palimpsest. Different periods are interwoven in the traces which show on the surface ; they testify to various influences that may be seen as contradictory and a source of memorial conflicts as regards past history and in present times. Vestiges « re-present » and stand for the past ; although they signify absence, they make the past present (Ricoeur) ; they constitute documents and archives (Foucault), they hold the memory of places formerly inhabited by various people and cultures, but they are also turned towards the future as the cultural and linguistic heritage is a legacy for future generations (J. Hassoun).
Marks of a past which re-surfaces, and signs of a « survival » (Didi-Huberman), vestiges come to life again through the photographer’s or painter’s eyes, and with the writer’s pen. Traces can thus also be textual and iconographic ; they disseminate and form a web of tropes, images and figures ; they are transformed by the cultural gaze of the newcomer who appropriates, reinvents, reshapes and fixes them. As objects of scientific or aesthetic discovery made by archeologists and ordinary travellers, vestiges acquire a mythopoietic dimension in the process. The diversity and hybridity of traces, languages and cultures in the area may also be found in the deterritorialisation of writing and images which become “nomadic” (Deleuze et Guattari).
The organizers of this international and interdisciplinary conference in anglophone et francophone studies (literature and visual arts) propose to examine the following notions : vestige, trace, imprint, mark, exchange and passage, contact zone, palimpsest, re-writing, hybridity, nomadism and deterritorialisation, and their modes de representation in fiction, autobiography, letters and essays, travel books photography and painting (18th-21st century)

Aucun document joint

Retour accueil Imprimer la page Retour haut de page