Représentations dans le monde anglophone

La revue électronique du CEMRA

 

Accueil > Numéros > Tous les numéros

Tous les numéros

Le romantisme et ses engagements. De Jane Austen à John Keats

Septembre 2016



Résumé :

Textes réunis et publiés par Caroline Bertonèche, Univ. Grenoble Alpes (ILCEA4) et Oriane Monthéard, Université de Rouen (ERIAC)

Cette notion d’engagement – notion chère au romantisme anglais –, il faut l’envisager avant tout comme le premier geste d’un acte révolutionnaire. Au-delà du contexte, il y a l’histoire et l’effervescence d’une génération double, en proie à ses mythes et à ses terreurs. Penser donc l’action des romantiques en termes de langage et d’écriture, de responsabilité et de contrats de lecture, de production créative et de subjectivité, c’est aussi mettre tout un corps social, sexuel, religieux, scientifique en mouvement.
La tradition des genres, parfois vécue comme un « fardeau », dirait Walter Jackson Bate, laisse alors entrevoir la possibilité d’un nouvel ordre canonique, dans la hiérarchie des lettres, certes, mais pas seulement : le canon, engagé sur plusieurs branches d’une anatomie qui se veut essentiellement « esemplastique », touche tout autant à la sphère organique qu’à celle du prophylactique.
Le (pré- et post-) romantisme – sa fougueuse jeunesse, ses esprits en quarantaine, ses dérives, ses addictions – réfléchit alors à d’autres modes de traitement, d’Austen à Keats. Ainsi distingué pour ses splendeurs nébuleuses et la beauté de ses noblesses, l’engagement, s’il est parfois discret ou ambivalent, est néanmoins une des fiertés du romantisme : la promesse d’une marche en avant, d’un paysage qui s’ouvre aux douleurs comme à la transmission, entre ferveur et héroïsme. Si donc s’engager, c’est faire un choix, le romantisme a au moins cette vertu de nous mettre presque toujours dans l’embarras.



Contributeurs :

Préface
Oriane Monthéard et Caroline Bertonèche

1. L’écriture de l’engagement à l’épreuve du corps

Eating and Writing : Jane Austen or the Anatomy of Ingestion
Caroline Bertonèche

S’engager avec style, ou quand la ferveur prend corps : Crabbe, Cowper, Blake
Sébastien Scarpa

2. Le désengagement ou les voix de la dissension

The Wanderer and the Peripatetic : John Thelwall, a Dissenting Voice in the Alfoxden Circle
Kimberley Page-Jones

Distance and Disclaimers : l’écriture du désengagement dans la triade révolutionnaire (livres IX et XI du Prélude de Wordsworth)
Aurélie Thiria-Meulemans

3. Des figures engagées. Politique du mythe et de la fiction

Lord Byron, un nouvel Achille pour la cause grecque ?
Marion Fagot

Figures de l’engagement dans le roman radical anglais : une approche sociologique
Marion Leclair

4. Réticence, ironie ou dilettantisme ? S’engager à moitié

Les engagements réticents de Thomas De Quincey
Céline Lochot

Entre réticence et responsabilité : promesses et contrats de lecture chez Keats
Oriane Monthéard

Retour accueil Imprimer la page Retour haut de page